Fondation du doute Ben&Fluxus à Blois

Menu

Jean-Jacques Lebel

L'oeuvre de Jean-Jacques Lebel

France

Né le 01/01/1936

Biographie

Artiste, écrivain, cinéaste, inventeur de manifestations artistiques politiques ou libertaires, il fait trois rencontres déterminantes à New York : Marcel Duchamp, André Breton et Billie Holliday. En 1955, paraît sa première revue d’art et de poésie, Front unique, sur les surréalistes, qui l’excluront du groupe en 1959, pour indiscipline. A Venise, en 1960, il présente l’Enterrement de la Chose, considéré comme le premier happening européen, publie en 1966 le premier essai critique français sur cette forme nouvelle d’expression, et produit dans les années 1960 plus de soixante-dix manifestations-performances, à Paris, Londres, New York, avec différents artistes tels que Kaprow, Carolee Schneemann, Filliou, Yoko Ono, Nam June Paik, Pommereule, Erro ou Tetsumi Kudo. En 1960 et 1961, c’est contre la guerre d’Algérie et contre la torture qu’il co-organise Anti-Procès à Paris, Venise et à Milan. En 1961, est exposé le Grand Tableau antifasciste, peint par Baj, Dova, Crippa, Erró, Lebel et Recalcati. Il crée le Festival de la Libre Expression en 1964 et parallèlement traduit et publie en 1965 les écrivains de la Beat Generation, comme William Burroughs, Allen Ginsberg ou Lawrence Ferlinghetti. En 1967, il monte la pièce de Pablo Picasso le Désir attrapé par la queue, et en 1968,prend part au Mouvement du 22 mars,puis au groupe anarchiste Noir et Rouge et à Informations et Correspondances Ouvrières ; il co-dirige avec Daniel Guérin, dans les années 1970,, la collection Changer la vie, aux éditions Pierre Belfond qui réédite les textes fondateurs du mouvement anarchiste international. Il fonde avec François Dufrêne et Christian Descamps le Festival international Polyphonix, manifestation nomade qui rassemble des poètes, des musiciens, des cinéastes, des performeurs d’origines diverses, à Paris, San Francisco, Milan, New York, Budapest, Naples, Barcelone... La dernière édition a eu lieu, en 2009, au 104, à Paris, dans le cadre du Festival d’Automne. Après s’être retiré quelques années pour se consacrer à ses recherches, il recommence à exposer, dès 1988, dans les galeries et musées en Europe, aux Etats-Unis et au Japon, puis en 1992 au Musée d’Art Moderne de Reykjavik en Islande. Le Monument à Felix Guattari, machine multimédia, est présenté en 1994 au Centre Georges-Pompidou, dans le cadre de l’exposition Hors Limites, L’art et la vie. En 2001, il crée l’installation évolutive composée de plus de 3000 éléments collectés à travers l’Europe, Le reliquaire pour un culte de Vénus, dans 28 musées européens, puis, de 2003 à 2005, participe à l’exposition collective conçue par Harald Falckenberg, Phoenix 2003, avec Fahlström, Erró, Köpcke, Jean-Jacques Lebel. Il réalise en 2007 une vidéo-installation les avatars de Vénus, présentée en 2008 au Centre Georges-Pompidou et au ZKM de Karlshruhe, et pour son exposition Soulèvements à la Maison Rouge en 2009. Son refus des dogmes d’où qu’ils viennent, fait de Jean-Jaques Lebel l’artiste de « l’infracassable » liberté.

Retour à la liste des artistes

Fondation du doute - Ben & Fluxus collection
- Entrée du public : 14 rue de la Paix /41000 Blois
- Administration : 6 rue Franciade
02 54 55 37 40